Accueil   Nos publications   Outlook   

Le Japon peut-il s'en sortir ? (Partie 2)

         

Le Japon peut-il s'en sortir ? (Partie 2)

23 Sept. 2010 - P.Sabatier / JL.Buchalet
L’expérience japonaise doit préoccuper le reste du monde. Elle démontre que même lorsque les déficits budgétaires sont prolongés (près de 20 ans), que les taux d’intérêt sont nuls, qu’une politique monétaire quantitative active est enclenchée par la banque centrale, la sortie de crise d’une économie post bulle ne débouche pas obligatoirement sur une flambée d’inflation comme le craignent certains experts. Il ne faut surtout pas sous-estimer les ravages générés par l’éclatement d’une bulle d’actifs, surtout lorsqu’elle touche l’immobilier. La purge nécessaire des excès passés est un processus particulièrement long (entre 7 et 20 ans), et le Japon n’y est pas arrivé. L’infortune du Japon démontre aussi qu’une économie tirée par un excès d’investissement (excès d’offre) couplé à un taux d’épargne des entreprises trop élevé qui pénalise la demande des ménages, n’est pas tenable sur longue période. Si de plus, ce déséquilibre est combiné à une bulle du crédit et de l’immobilier qui sert de carburant à la demande finale, alors un enlisement de la croissance est fort probable avec à terme l’entrée en déflation...

Le sommaire

I. Le miracle budgétaire japonais, permis grâce à l'autonomie financière

  • L’autonomie financière est permise grâce à un taux d’épargne de la Nation qui reste élevé
  • L’excès d’épargne provient exclusivement des entreprises, et non des ménages
  • Des perspectives inquiétantes pour la structure de la population japonaise
  • Le financement de l’endettement public japonais est à la croisée des chemins
  • Vers une dégradation de la notation du Japon dans les 2 à 3 ans à venir

II. Les leçons à tirer pour la zone euro et pour la France

  • Le Japon doit être considéré comme un précurseur
  • Certaines erreurs n’ont pas été commises, surtout en termes de politique monétaire
  • Mais des risques importants demeurent :
  • Opter pour le renforcement d’un partage de la Valeur Ajoutée défavorable aux salariés et qui ne permettrait pas aux ménages de se désendetter, ou trop lentement
  • Imposer une rigueur budgétaire trop précoce, qui étoufferait la croissance dans l’œuf
  • Croire que l’on s’en sort systématiquement en optant pour une politique volontariste en termes de R&D et d’industrialisation
  • Construire son modèle économique sur l’extérieur, ce qui entraînerait une hausse de la volatilité macroéconomique

 

A découvrir également